Le couteau de Nontron

A Nontron, en Dordogne, on a toujours forgé, à commencer par les Gaulois. Les mines de fer étaient nombreuses en haut Périgord. Dès le quatorzième siècle, on fabriquait des lames avec le minerai de fer du pays, trempé dans les eaux du Bandiat. On parlait alors des couteaux de « Pierregord ». L’épée du roi Charles VII fut conçue à Nontron.

Le couteau de Nontron est considéré comme l’ancêtre des couteaux Français. La tradition coutelière se perpétue depuis 1653 date de l’installation de la forge et de l’atelier du premier maître coutelier à Nontron. La forme de la lame en feuille de sauge a peu varié depuis sa première fabrication. Le manche en buis se terminant par une forme de boule est le plus ancien, et le plus vendu. A la fin du 19ème siècle, de nombreuses formes de talons de manche seront créées, et on trouve encore actuellement des représentations de sabots, de queues de carpe, et doubles viroles.

On raconte que le couteau à double virole fût employés comme baïonnette, emmanché au bout du canon de fusil. C’est ce qui explique que, en 1914 l’armée passa commande d’un modèle à cran d’arrêt, et qu’il sera surnommé  » le nettoyeur de tranchée « . La plupart des manches, ainsi que de nombreuses lames sont ornées d’une mouche, un V inversé entouré de 3 points. Ces motifs pyrogravés se retrouvent sur de très anciens modèles, et leur signification reste mystérieuse.

Au XVIIIème siècle, on comptait trente cinq coutelleries, elles étaient l’activité essentielle, et le premier revenu du Nontronnais. Mais très rapidement l’essor technologique du 19è siècle mettra un terme à cette industrie qui n’a pas su se moderniser pour répondre à une demande en forte croissance.

En 1905, seulement deux entreprises subsisteront, puis une seule en 1928, la maison PETIT, qui deviendra de 1931 à 1986 l’entreprise CHAPERON père et fils. Finalement en 1992 la SARL Devige et Faye est reprise par les forges de Laguiole. Heureusement le couteau de Nontron continue à être fabriqué sur place dans un atelier qui emploie une dizaine de personnes. Une exposition et un magasin de vente jouxtent cet atelier.

Le couteau de Nontron, est resté un des couteaux Français les plus célèbres, il se reconnaît à sa lame en acier forgé, sa virole tournante en laiton et son manche de buis pyrogravé de couleur miel.

Aujourd’hui il en existe en différents bois, de forme différentes : navette, violon, à découper, à pain, à tartiner, à fromage, et même en ménagère complète y compris : pelle à gâteau, couvert à salade, tire bouchon, sablier, et couteau à cran d’arrêt, sans oublier les couteaux miniatures qui peuvent se ranger dans une noix, dans une noisette, et même dans un noyau de cerise.

 

This entry was posted in Histoire. Bookmark the permalink.

Comments are closed.